Publications Headlines
PUBLICATIONS
PUBLICATIONS

Sleiman:La radiation d un magistrat, un premier pas.

| 25/11/2009 | L Orient-Le Jour

La nouvelle de la sanction disciplinaire infligée au juge Tanios Ghantous, et annoncée lundi par le ministre de la justice, Ibrahim Najjar, a été particulièrement bien accueilie dans les milieux du barreau, ainsi que dans l'opinion publique. Une seule réserve a été exprimée de tous côtés: celle de voir cette mesure ne pas rester orpheline, mais s'inscrire dans le cadre d'une politique de réforme consistante et déstintéressée.
M.Najjar, pour sa part, a affirmé que le Conseil de discipline du Conseil supéieur de la magistrature dispose d'une liste de 18 magistrats contre lesquels des plaintes sont déposées.
Le chef de l'Etat reçu hier le ministre de la justice, Ibrahim Najjar, avec lequel il a débattu de la suite à apporter à ce premier cas de sanction. Une sanction qui est la plus sévère, semble-t-il, qu'un magistrat puisse encourir, puisqu'elle le radie de la profession et le prive de ses indemnité.
Le président Sleiman a considré que cette sanction est un premier pas qui "doit servir de modèle aux organismes de contrôle, dans la lutte contre la corruption".
"La réforme du système judiciare est la pierre d'angle de toute réforme administrative", a affirmé le chef de l'Etat".
La nouvelle båtonnière de l'ordre des avocats, Amal Fayez Haddad, a salué hier la mesure disciplinaire et a souhaité que ce pas"soit suivi d'autres, afin que toute corruption soit extirpée du corps de la magistrature et de l'administration".
Mme Haddad a souhaité que le poste de président de l'Inspection judiciaire soit pourvu au plus tôt.
L'ancien båtonnier, M. Ramzi Joreige, a rappelé à l'Orient-Le Jour que l'ordre a demandé, à maintes reprises, une réforme qui affecte "non seulement les textes législatifs relatifs à l'exercice de la profession, maid l'élément humain".
Il a toutefois affirmée qu'il n'a pas encore pris connaissance du texte de la décision de sanction et qu'il attend de la faire. pour en juger.
En général, a-t-il quand mëme dit, il est préférable de garder confidentiels les noms des magistrats passibles de sanction, pour éviter la diffamation.
M.Joreige a enfin mis en garde contre toute "ingérence politique" dans le cours de la réforme.
Sous la plume de M.Roy Madcour, son vice-président, l'Association Libanaise de droit pénal a affirmé que "Le chantier de la réforme doit commencer par le politique, de sorte que le magistrat soit libre d'examiner les dossiers qui lui sont sournis, en toute conscience, et qu'il n'en juge qu'à la lumière de la loi, libre des ingérences et d\contacts qui le conduisent à se démettre ou à se départit de sa neutralité".
                                                        

Penal law in Lebanon: Criminal Law, Penal Regulations, Lebanon law, Legal Lebanon, Law Services, Droit Penal, Lebanon Justice, Lebanon Human Rights, Organization.

© Copyright LPLA 2018. All rights reserved. DISCLAIMER | PRIVACY POLICY Softimpact